↑ Revenir à Qui sommes-nous ?

Logo

SIGNIFICATION DU LOGO DE L’ITEIlogo_itei

Le logo de l’ITEI a été inspiré par les témoignages que nous avons recueillis auprès des personnes touchées par la répression, la torture et l’exil pendant les dictatures et les gouvernements constitutionnellement élus. Beaucoup de personnes ont raconté que ces expériences ont été des plus douloureuses qu’ils aient vécues, sans toutefois affaiblir leurs convictions politiques, voir même, pour certaines personnes, les renforçant.
Ainsi, la personne qui est assise derrière les barreaux, presque en position fœtale, peut se lever et placer derrière sa tête le soleil qui donne la chaleur, illumine et symbolise la vie.
Vivre un événement traumatisant comme la torture est certainement l’un des moments les plus difficiles auxquelles certaines personnes font face, avec les effets dévastateurs propres au traumatisme. Cependant, certaines personnes ont tendance à résister avec une force inattendue à ce type d’expériences traumatisantes et ils sortent psychologiquement indemnes ou avec des dommages minimes.
Nous avons commencé le travail à l’ITEI en recueillant des témoignages de personnes touchées. Après avoir écouté leurs histoires, nous avons constaté la capacité qu’ont les êtres humains à faire face à des expériences traumatisantes et même d’en tirer profit.

AUTEUR DU LOGO 

Mauricio Bayro Corrochano (Cochabamba, Bolivie, 1957) – Peintre
MauricioBayroBIOGRAPHIE:
Mauricio Bayro Corrochano est né à Cochabamba en 1957. Il est peintre et titulaire d’un baccalauréat en architecture de l’Université autonome du Mexique (1978-1982). Il a également étudié le cinéma et la photographie à l’École nationale d’anthropologie et d’histoire du Mexique (1982). Il a exercé à la Faculté d’architecture de l’UNAM, Mexique (1982) en tant que professeur de dessin et d’expression graphique. Il a complété sa formation en participant à des cours particuliers. Son travail est exposé au Mexique depuis 1982 et en Bolivie depuis 1985. « Ses personnages sont des situations anecdotiques où un accent expressionniste bat tensions sociales expressivité communicative. Dans l’élaboration de ses thèmes liés à notre environnement , une impulsion subtile bat censure et l’approche de la critique qui transcende  les raisons sociales  » .
 PRIX : Récompense dans le 2e. Concours Mexicain de bande dessinée avec « Coca » (1981), mention d’honneur en peinture murale à la III Biennale Pucara (LP, 1985), Mention spéciale de récupération du dessin (LP, 1987), Premier Prix du Concours de peinture « El Che en Bolivia » (1996)

 

Réf – M. Bailey, « je suis monté dans le train de la peinture …  »,

Présence/Porte, 11/06/1989, 4-5 ;

Soriano, Peintres contemporains, 1993, 51 ;

Claudia Gonzalez,  « M.B., ironique et rebelle», Presse/Oh, 02.01.2005, 23; Cat. Emusa, 181 et 280, 1983 et 1987 ;

Art Bolivie, LR, Septembre 2009, 140

Source : Dictionnaire culturel bolivien