↑ Revenir à Qui sommes-nous ?

L’histoire de l’ITEI

15135692_10156033577583504_2117846271_n

16 ANS CONTRE LA TORTURE

En 2017, nous avons célébré avec fierté 16 ans de travail dans la lutte contre la torture et la violence étatique. Durant ces 16 années passées, nous avons apporté des soins psychologiques, psychothérapeutiques, médicaux et juridiques aux personnes affectées et nous avons franchi un pas significatif dans la promotion d’un système sans torture.

LA CREATION ET INAUGURATION DE L’ITEI

L’ITEI est né de l’initiative d’Emma Bolshia Bravo Cladera et Andrés Gautier. Emma Bolshia Bravo, bolivienne, s’est exilée au Chili en 1971 et en Suisse en 1973. Andrés Gautier, né au Pérou, est un citoyen suisse engagé dans la lutte des peuples latino-américains. Ils ont tous les deux une formation psychologique.
En 1996, ils visitent la Bolivie et établissent des contacts avec les personnes subissant la torture. Connaissant le travail de réhabilitation de personnes affectées par la torture dans d’autres pays d’Amérique Latine et comprenant que la Bolivie est l’unique pays du Cône Sud n’ayant pas de centres de cette nature, ils décident de créer l’ITEI.
En conséquence, le 25 janvier 2001, le premier institut de réhabilitation de personnes victimes de tortures et autres formes de violence d’Etat est formé. L’acte d’inauguration a lieu à la Maison de la Culture de la ville de La Paz, le 28 août de la même année. La cérémonie fut animée par Músicas de Maestros et le ballet Kona Dance. Le discours d’inauguration était à la charge de la « Defensora del Pueblo », Mme. Ana María Romero de Campero.

LE PROTOCOLE FACULTATIF DE LA CONVENTION CONTRE LA TORTURE

En 2003, nous avons réalisé une campagne nationale et internationale pour exiger du gouvernement bolivien la signature et la ratification du Protocole Facultatif de la Convention Contre la Torture. Cette campagne est parvenue à son objectif en 2005 et le gouvernement a promulgué le protocole en juin de la même année.
Mais, qu’est-ce que le Protocole Facultatif ? Il s’agit d’un instrument dont l’objectif est de prévenir la torture et les mauvais traitements moyennant un système de visites régulières dans les lieux de détention, effectuées par des organismes indépendants de caractère international et national.

AVANT-PROJET DE LOI CONTRE LA TORTURE

L’ITEI a élaboré un avant-projet de loi contre la torture et pour la création d’un Mécanisme National de Prévention (MNP) consacré en actes publiques à la présidente de la Commission des Droits Humains de la Chambre des Députés, Marianela Paco. Jusqu’à maintenant, le parlement n’a pas approuvé cette proposition de loi.
La Bolivie a actuellement un MNP dépendant du Ministre de la Justice, c’est-à-dire ne respectant pas la condition d’indépendance.
Proposition pour le Code Pénal
L’ITEI, conjointement avec la Coalition contre la Torture, a élaboré deux propositions pour la classification de la torture et traitements inhumains et dégradants dans le nouveau Code Pénal.