Soins médicaux

Soins médicaux

La proposition de l’équipe médicale est de traiter les personnes affectées pour détecter et réduire les séquelles de la torture au niveau physique, biologique et sexuel.

Torture physique

La torture physique est celle qui fait des dommages au corps de façon directe. Par exemple : coups, coupures, brûlures, décharges électriques, etc.

Torture biologique

La torture biologique est celle qui affecte l’organisme sans le toucher. Par exemple : privation d’aliments et d’eau, exposition à des températures extrêmes, etc.

Torture sexuelle

La torture sexuelle fait des dommages aux parties génitales sexuelles féminines ou masculines, comme : viol, mutilation génitale et humiliation sexuelle.

 

Les soins médicaux s’effectuent dans les cas suivants :

Premièrement, l’ITEI veille à ce que la personne affectée par la torture et autres formes de violences d’Etat reçoive un soin médical adapté.

L’ITEI agit en cas d’urgence et de crise sociale à travers des projets d’urgences. Nous sommes intervenus de cette manière en octobre 2003 à El Alto pendant la guerre du gaz. En 2008, nous sommes intervenus à Chuquisaca après les évènements  du 24 mai, à Pando après ceux du 11 septembre et à El Alto Parapeti après les faits de mars et d’avril.

L’ITEI a du personnel médical et une ambulance disponibles pour intervenir en cas de violences politiques dans les rues et manifestations. Nous avons accompagné la manifestation pour la survie en janvier 2003, la huitième manifestation pour la défense de TIPNIS, les manifestations des miniers, agriculteurs et autres secteurs professionnels.

De plus, nous offrons des soins médicaux dans les grèves de la faim de différents secteurs.

 

Soins en cabinet

  • L’ITEI dans son cabinet de La Paz (Cochabamba jusqu’à 2015) offre des soins médicaux de premiers secours. Pour les examens et traitements médicaux plus approfondis, nous avons signé des accords avec différents centres de santé, selon les capacités, spécialités et conditions économiques offertes : à La Paz avec les hôpitaux de Clinicas, San Gabriel, Arcos Iris, Pro Salud ; à El Alto avec le centre médical Adolfo Kolping et le centre maternel infantile Santa Maria de los Angeles ; à Cochabamba avec l’hôpital universitaire de Univalle et l’hôpital de Villa Tunarie dans la province de Chapare.

Quel type de soins apportons-nous ? Dans les cabinets, les personnes affectées sont accueillies, recevant :

  • Diagnostique des séquelles de la torture
  • Traitement des séquelles de la torture – traitement et apaisement de la souffrance physique, en restreignant les dommages et en réduisant le plus possible les séquelles.
  • Kinésithérapie et réhabilitation physique
  • Inter consultations et/ou orientation vers des spécialistes
  • Traduction du lexique médical aux patients qui consultent d’autres médecins

 

Expertise psychologique et médicale

L’ITEI réalise des expertises psychologiques et médicales concernant la torture à la demande des institutions nationales et internationales. Nous documentons les séquelles psychologiques de la torture utilisant le Protocole d’Istanbul, de cette manière, comptant sur les hauts standards du Protocole, nous examinons les personnes affectés de manière impartiale, avec l’accord de la personne et réalisons des observations précieuses et confidentielles pour documenter la torture. L’ITEI a réalisé des expertises à la demande de la Défense du Village, la Commission inter américaine des Droits Humains et la Cours Inter américaine des Droits Humains.

 

Personnel médical

  • Dans le cabinet de La Paz, le médecin est Marcelo Flores Torrico. Les victimes peuvent passer voir le médecin, les horaires pour les consultations médicales sont le mercredi de 9h30 à 12h00.
  • A Cochabamba, jusqu’à 2015, c’était Isabel Chuquimia, infirmière. Marcelo Torrico était de manière ponctuelle à Cochabamba pour recevoir des cas d’urgences.
  • Pour les interventions en cas de crises à Sucre, nous comptons sur le soutien du Dr. Sergio Ramirez et du Dr. Marcelo Rossi, médecin, psychiatre de l’Equipe Argentine de Travail Psychosocial (EATIP) d’Argentine.
  • Pour les interventions dans la prison de Villa Busch à Cobija, nous comptons sur le soutien du Dr. Poli Isijara.